Pour que tombe la culpabilité et que disparaisse la crasse

Pour que tombe la culpabilité et que disparaisse la crasse

Par Towanda

Le sexe me dégoûte. Le sexe me fait peur. Et pour oublier je bois. Pour ne pas avoir peur, pour ne pas réfléchir.
J’ai réalisé l’autre fois, alors que j’étais avec ce type, que je n’avais pas eu depuis très longtemps de relations sexuelles avec une autre personne sans être ivre voire morte saoule. J’ai pleuré. J’ai eu peur. De moi, cette fois. Pourquoi ?
Tout s’est alors mis a tourner dans ma caboche. Mon enfance, mes premiers rapports sexuels et tout ce qui sont arrivés ensuite. Souvenirs tous plus horribles les uns que les autres. Heureusement, quelques fois il m’est arrivé de trouvé ça sympa voir même plutôt agréable. Mais en règle général, si je ne bois pas je suis terrorisée. Et j’aimerais arriver à avoir une sexualité chouette et épanouie, ne pas avoir mal, avoir envie même, prendre du plaisir aussi. Je voudrais que cela puisse être léger, sans qu’il se joue cinquante milles trucs dans ma tête, j’aimerais ne pas être dégoûtée de prendre du plaisir, que cela ne me rendre pas triste, que je ne me trouve pas sale. Je voudrais pouvoir dire que toutes les fois que j’ai eu des rapports sexuels ils étaient consentit et que je le vis bien.
Mais… face à moi il y a mon passé, qui s’accroche. Ce boulet que je traîne. Cette mésestime que j’ai de moi, cette culpabilité, cette crasse que je n’arrive pas à nettoyer. Cette envie de vomir, ces douleurs, cette honte, ce rejet de mon corps. Ce fouillis constant dans mon crâne, ce mal de bide que je traîne quasi sans relâche. Alors, ouais, pour oublier je bois. Pour tenter d’avoir un semblant de sociabilité, pour faire comme si, un peu comme le reste du monde. Mais parce qu’aussi j’ai envie, enfin je crois. Des fois je ne sais plus trop de quoi j’ai envie. Je ne sais plus si je me met la pression pour tenter d’être une personne tout ce qu’il y a de plus normale, qui peut coucher avec des personnes sans le vivre trop intensément, sans que cela me laisse de séquelles.
J’ai peur d’être pénétrée plus que tout. Et je crois que c’est bien ça qui me dégoûte le plus. J’ai tellement vécu de situations avec des mecs-cis hétéro, qui ne pensait qu’à leur petit plaisir perso. Je me suis tellement sentie consommée, utilisée puis jetée. Comme une mal propre. Je me suis sentie sale, tellement sale… Et aujourd’hui toujours. Je fuis les situations qui pourraient être sympa, détendues et respectueuses. Je cours me réfugier dans ce que je connais déjà par cœur et que je ne cesse de redécouvrir comme si c’était la première fois. Des situations glauques, peu rassurantes et rarement bienveillantes. Des histoires sans lendemain, sans tendresse, sans réel partage, sans écoute, sans réciprocité… sans rien. Comme si je ne méritais que ça. Les gen.tes attentionnéEs me font peur, j’ai l’impression que ce n’est pas pour moi, que je n’y ai pas le droit.

Mais je sais que je vaut mieux que tout ça. Ça prendra le temps que ça prendra. Ça va me demander beaucoup d’énergie. J’ai commencé a tout remettre dans l’ordre, à revivre certains trucs, à tenter de les nommer et  de les accepter.

Pour que tombe la culpabilité et que disparaisse la crasse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :