Philomèle dans la chair

Trigger Warning  : cet article parle de viol

PHILOMÈLE

DANS LA CHAIR

Par Orithyio

Le graver dans la chair. Ce n’est pas qu’un moment. Ce n’est pas que ça. Non. Non non non non. Ce n’est pas que ça. Ça va au-delà du moment et je souhaite que ça soit là désormais toujours avec moi.  

C’EST DEVENU UNE PART DE MON IDENTITÉ

  Si je n’en avais pas fait une part de mon identité je n’aurais pas survécu. Survivre, je ne l’ai pu que dans une certaine forme de lutte cette lutte m’appartient je ne souhaite pas qu’elle me quitte elle m’a permis de tenir debout. J’ai gravé dans ma chair cette identité

 SURVIVANT

tatouage : Donita C.

C’est ce que je suis.DSCN1056 Mon corps a voulu me le rappeler me rappeler ce que j’étais quand ma tête faisait le maximum pour ne plus s’en souvenir pour que ça disparaisse. C’est gravé dans le corps et le corps s’en rappelle et le corps distille les souvenirs au goutte-à-goutte pour qu’on ne puisse pas oublier pour qu’on ne puisse pas l’oublier. J’ai dit à mon corps que je n’oublierai pas et que je ne l’oublierai plus. J’ai dit à mon corps que je serais fier de ce que nous avions accompli ensemble. Je n’ai plus cet idéal d’être un combattant ou un guerrier de gagner – de gagner quoi – quelle guerre – je ne suis pas un combattant je ne suis pas un guerrier je ne veux plus le faire croire je n’y crois pas nous serons toujours les proies partout dans ce système même si nous ne nous laissons pas faire même si nous rendons coup pour coup je souhaite affirmer que c’est cette société qui m’a blessé dans ma chair je souhaite le montrer et ne plus l’oublier et le porter sur moi. Je suis un survivant. C’est bien ça que je suis au quotidien et ça implique l’acceptation de la faiblesse et c’est sûrement la chose qui demande le plus de force d’accepter la faiblesse et c’est cela qui créée le paradoxe je suis tant de faiblesse et tant de force à la fois tant de faiblesse et tant de force

 TANT DE FAIBLESSE ET TANT DE FORCE

 

DSCN1069

C’est juste tellement complexe qu’il faut abandonner parfois l’envie de tout comprendre. De tout comprendre à ce qu’on est. Quitte à ce que ça me pourrisse la vie et quitte à être inapte dans cette société autant que ça devienne une revendication  

 JE REVENDIQUE D’ÊTRE POURRI ET D’ÊTRE INAPTE À CETTE SOCIÉTÉ

  Ma thérapeute me rappelle les progrès mais c’est long c’est long c’est long tu es descendu à vive allure et tu remontes pas à pas et chaque pas est précieux et chaque pas est solide mais il faudra combien d’années avant que ? et avant que quoi ? à quoi peut-on s’attendre ?qui est-on ? comment/qui peut-on être avec de tels traumatismes quand on ose les regarder tous ensemble quand on acquiert cette lucidité sur l’enchaînement des évènements quelle personne peut-on être sans se nier et en s’aimant je veux aimer la personne que je deviendrai.  

PHILOMÈLE

 J’ai gravé Philomèle sur mon corps. J’ai gravé l’hirondelle, la survivante, ma sœur, l’hirondelle aux couleurs chatoyantes. Philomèle ne cessera jamais de se battre en moi.

DSCN1103tatouage : Wilma Van de Piek

                                                                                                                                               DSCN1090NOTRE EXISTENCE EST DÉJÀ UN COMBAT

Philomèle a plus de mille ans et le monde en est toujours là, à créer de nouvelles Philomèles.

Je dis à mon corps je sais que tu as eu tellement peur et tu as pensé mourir et tu as voulu mourir et tu as été sali et souillé et blessé et tu es devenu fou de ne pas être mort et tu es devenu faible de ne pas être mort et tu es devenu fort de ne pas être mort Philomèle ne veut pas se ternir Philomèle a des idéaux et elle incarne sur mon corps la lutte la lutte la lutte qui ne se tait pas la lutte contre l’hétéropatriarcapitalisme et on peut la violer la mutiler l’invisibiliser ils peuvent tenter tout ce qu’ils connaissent, tant qu’elle sera là, ils ne seront pas tranquilles.

 DSCN1079

PHILOMÈLE…

 

L’écrire, ce blog, le faire exister, c’est le moment où tout lâche. Mais c’est aussi ce qui m’a permis de trouver mes alliéEs, mes frères et sœurs survivantEs, c’est ce qui a permis l’organisation. Et quelque part c’est ce qui fait que ce n’est plus une vaste blague cette vie là c’est ce qui me permet de ne plus voir la vie comme un acharnement il y en avait d’autres des comme moi et depuis tout ce temps nous attendions de nous trouver. Je porte mon identité pour moi et moi seul mais je me nourris de touTEs les autres. Tu n’as pas à avoir honte je sais que tu as peur et nous aurons toujours peur car maintenant nous tenons à la vie. La peur est devenue moins terrifiante ensemble la peur est devenue moins terrifiante. Ensemble. J’ai un corps modifié depuis mes treize ans le viol c’est une modification corporelle même si elle est invisible le viol marque laisse des traces visibles et non visibles. Une plaie. Qu’on traîne. La modification non-voulue non-désirée non-acceptée non-consentie va côtoyer à présent la modification voulue désirée acceptée consentie et à chaque coup de l’aiguille je crierai en moi-même RÉAPPROPRIATION à chaque martelage et à chaque douleur je hurlerai RÉAPPROPRIATION

DSCN1052

RÉAPPROPRIATION RÉAPPROPRIATION RÉAPPROPRIATION

RÉAPPROPRIATION

RÉAPPROPRIATION RÉAPPROPRIATION 

RÉAPPROPRIATION RÉAPPROPRIATION RÉAPPROPRIATION        

à chaque plaie je dessinerai une échappatoire je ferai de mon corps bizarre et insécurisé le terrain de mon monde intérieur le terrain propice à faire pousser mes envies le terrain de mes luttes le terrain de mon repos bien mérité le terrain de mes désirs le terrain de mon imagination le terrain de ma symbolique je serai un livre d’images à l’attention de moi-même et je serai fier  

ET JE SERAI FIER.

***

Survivant.E.s. C’est ce que nous sommes. C’est Kaineus qui en était à l’origine, qui m’avait parlé de ce besoin/ cette envie pour CE tatouage « Survivor ». Immédiatement, ça m’a semblé une évidence .  Dans ma chair aussi je l’ai ressenti ce besoin. J’y pensais tous les jours. On aurait le même. Pour tout ce que ça représentait, parce que ce besoin violent d’écrire, de dire, on l’avait eu et vécu ensemble. La communauté des survivantEs,  longtemps ça n’a été que nous deux, c’était peu et c’était déjà assez.. Ce blog on l’a écrit ensemble parce qu’on en avait besoin et ça nous a sauvé. Ce qu’on a compris séparément, tous les deux, ce qu’on a mis en commun. C’était un trésor pour moi. Un an après sa création, les initiateurs de ce blog se tatouent « SURVIVOR » dans leur chair. Ce que ça signifie c’est que nous sommes devenus fiers et que maintenant nous l’avons dans la peau.

***

Merci à Wilma Van de Piek de pratiquer des tatouages à prix conseillés/libres pour les meufs et trans de la communauté. C’est vraiment une chance de pouvoir réaliser un tatouage avec de telles conditions d’écoute et de bienveillance.

***

 Merci à Donita C. pour le tatouage destroyed « Survivor ». Pour tout ce qu’elle a partagé avec moi, je suis fier que ce soit elle qui m’ait piqué, et je suis fier d’être le premier corps à être passé sous son aiguille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :